Social Media Optimisation + SEO Copywriting + RSS + Linkbaiting

Les rapports analytics le prouvent : les médias sociaux possèdent un réel potentiel en matière de génération de trafic. Après analyse des 20 meilleures sources de trafic du blog, au mois de septembre, j’ai dégagé 4 principaux leviers générateurs de fréquentation : le SEO Copywriting, le RSS, le Linkbaiting et « last but not least », le Social Media Optimisation (SMO).

Côté méthode, j’ai listé les 20 sources les plus performantes puis distingué 4 dénominateurs communs relativement objectifs (les leviers cités), plus une catégorie divers comprenant pour l’anecdote ma signature de mail. Notez bien que les visites directes et les publications exportées (explication en fin d’article) n’entrent pas en compte dans mon analyse.

Une majorité écrasante du SEO Copywriting

Je pense que vous connaissez déjà le principe du SEO Copywriting, et même un certain nombre des ses fondamentaux. Il s’agit tout simplement de la production de contenu optimisé pour le référencement naturel, ce qui peut être assimilé à la rédaction Web. Rédaction Web, Webwriting ou SEO Copywriting, pas besoin de se torturer l’esprit, c’est du pareil au même.

Une source qui draine, sur le blog du rédacteur, plus de 70% des visites : ce rôle décisif dans la génération de trafic est bel et bien la preuve que le contenu optimisé, régulier et ?relevant? (utile & pertinent), mérite son statut de ?king?. Encore et toujours, confier ses pages à un bon éditeur de contenus fait toute la différence !

Attention quand même à ne pas s’emballer trop vite sur le SEO Copywriting. Il est peut-être la cause d’un contenu performant, mais pas obligatoirement celle d’une forte notoriété… Il faut savoir faire la part des choses dans un univers où tout ne se joue plus exclusivement sur le Search Engine Marketing.
Le SEO Copywriting s’avère très efficace, mais ce n’est pas nécessairement le nerf de la guerre. On ne doit pas choisir entre stratégie technique et stratégie relationnelle.

Le RSS, tout simplement indispensable

Selon Benchmark.fr, « le RSS est non seulement un dénominateur commun aux sites Web 2.0, mais c’est un nouvel outil marketing qui prouve son efficacité. C’est le nouveau média de gestion de la relation de fidélisation »…

Proposé à l’abonnement via agrégateur et newsletter, ou encore disponible au format widget, le RSS (pour Really Simple Syndication) permet la transportabilité du contenu et assure une consultation régulière des publications et podcasts.
Si vous proposez vous-même un flux RSS, voire plusieurs, je vous conseille vivement de tester l’annuaire de flux. Il m’apporte des visites intéressantes et complémentaires grâce à l’indexation de mon propre flux.

Un vrai apport du Linkbaiting

Le linkbaiting, c’est un peu le mot à la mode chez les éditeurs pour parler de la pêche aux liens naturels. Autrement dit, produire un contenu d’intérêt pour inciter d’autres éditeurs à « buzzer » en générant des backlinks (liens retours) vers vos pages… « Comme toute bonne source d’informations, le fait d’avoir du texte et des références de bonne qualité génère du lien. (…) On complète ainsi le trafic (…) par une campagne virale de notoriété » (Legitiname)

Certains blogueurs créent un grand nombre de contenus à forte valeur (articles techniques, livres blancs, schémas descriptifs ou interprétatifs, vidéos, etc.) ou tout simplement sujets à débat ou controverse. Et naturellement provoquent des liens vers leurs publications.

Ces liens sont extrêmement importants car, en plus de générer un trafic qualifié vers votre blog / site Web, ils augmentent votre « Trust Rank » (Google) et votre « Autorité ». Alors un conseil : avant de foncer tête baissée dans l’optimisation technique de vos contenus, créez-en des séduisants. Ou, pour reprendre Chris Garrett dans Authority vs pure SEO : « You need to have a strategy for keeping your visitors, to create loyalty. An authority blog is a natural solution to that. »

Les belles promesses du SMO

« On peut distinguer deux stratégies bien différentes à mettre en œuvre. D’un côté, le classique SEO (Search Engine Optimisation ou référencement naturel) et de l’autre, le tout nouveau SMO (ou Social Media Optimisation, la génération de trafic via les réseaux sociaux) ». Comme on le remarque tous, le SMO, pour Social Media Optimisation, est une approche en plein essor.

Face à la recherche de contenus via Google, le maillage des réseaux et plateformes socialisantes propose une autre façon de partager l’information, de la commenter, de la promouvoir. Et vous savez quoi ? « Les médias sociaux sont plus populaires que les sites pornos ». Ainsi Twitter et Facebook génèrent un trafic alléchant, pas encore suffisant, mais prometteur si j’en juge mes amorces.

Un conseil : « Entamez des discussions, commentez, partagez vos contenus de qualité. Faites-en la promotion sur votre réseau, sur les pro-ams (sites de contenus semi-professionnels, semi-amateurs), sur Facebook, Twitter, les plateformes de partage telles que Flickr ou YouTube, etc. Favorisez le bookmarking et offrez la possibilité d’embarquer. » Penser « Présence » plutôt que « Fréquentation ». Bref, publication 2.0.

Au final, le gain de trafic obtenu via les leviers 2.0 est d’environ 25%. Soit un quart de la fréquentation totale, ce qui, comme je viens de le dire, est encore faible. L’apport des moteurs de recherche (principalement Google, cela va sans dire) reste écrasant, certes. Mais j’ai pu remarquer une perte de parts progressive depuis que je renforce l’action dite SMO.

L’aspect le plus intéressant de cette analyse se trouve dans la consultation satellite des publications, sur d’autres plateformes, agrégateurs ou pro-ams.
Etre fréquenté ne signifie plus, à mon sens, générer un trafic épicentré sur son site ou blog, mais bien entretenir une présence fixe et satellite, de manière morcelée mais stratégique. C’est là que, comme le dirait Sylvain Guéguen, se crée l’enjeu des contenus exportables ! Vouloir générer du trafic exclusivement sur les contenus en local (sur le blog ou le site lui-même) va à contre-sens d’une publication 2.0, souple, communautaire, mobile tentaculaire.